L'art du bois brûlé

Shou sugi ban 焼杉板

Nos premiers contacts

C’est à l’occasion d’un voyage au Japon que nous avons découvert l’usage de brûler le bois des bardages extérieurs des habitations. De prime abord, on pense à un incendie car l’effet du bois carbonisé est relativement violent. Puis, on devine des lignes et des structures qui révèlent une volonté et un geste architectural. C’est alors que l’on se souvient que nos civilisations euréennes utilisaient déjà le feu, dès le Paléolithique moyen (lance en bois d’if durcie au feu découverte à Lehringen, en Allemagne), pour durcir les pointes de lances et d’épieux.

On comprend alors que ce bois brûlé a une véritable fonction dans l’architecture japonaise.

La technique du shou sugi ban  焼杉板, ou yakisugi (“cèdre brulé”), a été développée dans le Japon du 18ème siècle pour protéger le bois des clôtures et les bardages des maisons rurales, ainsi que l’extérieur des conteneurs utilisés pour stocker des objets de valeur et les denrées périssables. Le bois brûlé devient plus résistant à l’action des éléments naturels (dont le feu), aux attaques des insectes xylophages, des champignons et autres moisissures, ainsi qu’aux intempéries.

Au Japon, cette technique a une certaine connotation pittoresque et n’est pas souvent utilisée dans la conception haut de gamme. En Occident, en revanche, elle connait une popularité croissante, non seulement dans ses aspects pratiques et fonctionnels, mais aussi pour les riches et belles finitions qui peuvent être créées.

Le résultat est une matière douce et chaude au touché, qui ne laisse aucune trace ou salissure de carbone lorsque l’on passe la main dessus.

Préparation des bois

Les planches de bois sont liées par trois, en un long triangle.

Carbonisation au feu

Les planches sont remplies de braises et placées au dessus du foyer pendant une dizaine de minutes, avant d’être retirées du feu.

Arrêt de la combustion

Les planches sont brossées afin d’enlever les résidus friables de carbone, puis arrosées d’eau pour arrêter la combustion et lessiver les particules de brossage.

Séchage et finition

Les planches sont ensuite mises à sécher au soleil avant d’être recouvertes d’une huile naturelle de finition qui, en saturant les pores du bois, achève de le protéger durablement et lui donne sa finition.