«Le P'tit Villard», photophore par l'Atelier Villard.
«Le P'tit Villard», photophore par l'Atelier Villard.
«Le P'tit Villard», photophore par l'Atelier Villard.
«Le P'tit Villard», photophore par l'Atelier Villard.
«Le P'tit Villard», photophore par l'Atelier Villard.
«Le P'tit Villard», photophore par l'Atelier Villard.
«Le P'tit Villard», photophore par l'Atelier Villard.

  »Luminaires

« Le P’tit Villard »

C’est tout l’univers de Villard réduit dans une petite lanterne carrée de 6cm de côtés sur 8 cm de haut. On y glisse une bougie LED et une petite flamme tremblotante vient faire jouer les motifs et les transparences des papiers et des tissus du photophore.

Comme nos autres créations, chaque pièce est réalisée à l’unité et certaines sont uniques: vous serez alors les seuls à la posséder.
Toutes se déclinent presque à l’infini : papiers washi traditionnels et précieux; papiers chiyogami réalisés en sérigraphie, ce système de pochoirs imprimés à la main au Japon; tissus de cérémonies ou toiles créées par des artisans japonais.
Les socles de cette petite lanterne sont en noyer, en frêne, en cormier, en merisier, ou même en chêne.

Des palettes de couleurs, de matières et de motifs si riches que l’on aurait envie de toutes les réunir pour accueillir le crépuscule d’un soir d’été.

Le P’tit Villard est disponible dans son joli emballage de kraft et de papier de soie parme.

La plaque de laiton gravée présente à l’arrière de chaque Petit Villard, signature de l’Atelier, certifie l’authenticité de votre photophore.

Andon 行灯, la lanterne japonaise

L’architecture japonaise traditionnelle a toujours été intimement liée à la nature et aux éléments naturels.
Dans ces maisons, la lumière n’entre pas directement dans l’habitat, mais est réfléchie sur les avant-toits et la terrasse couverte (engawa 縁側). La luminosité est donc plus forte dans la partie inférieure de la pièce.
De fait, l’organisation de l’espace et du mode de vie domestique des japonais reste proche du sol. On s’assoit et on dispose la lumière sur le sol.

L’arrivée du verre au Japon fut assez tardive et on utilisa longtemps l’andon 行灯 comme source lumineuse du foyer.

L’andon 行灯 est une lanterne faite de papier traditionnel tendu sur un cadre en bois, en bambou ou en métal. Le papier utilisé est identique à celui employé pour les panneaux coulissants shôji. Une mèche trempée dans de l’huile de colza ou de sardine fournissait autrefois la lumière à bas prix, les bougies étant plus onéreuses.

Le motif du carré

Le motif du carré est récurrent à l’Atelier Villard.

Il fait référence à l’épais pilier central en bois autour duquel étaient édifiées les anciennes maisons japonaises : le daikoku bashira 大黒柱. Cet axe supportait le poids du bâtiment et lui permettait de résister aux secousses sismiques et aux typhons.

Le mot a plusieurs origines, Daikokuten : une des sept figures du bonheur dans les croyances shintô, c’est une des divinités du foyer. Hashira  (pilier) : mot de comptage pour les arbres et le bois mais aussi pour les dieux dans l’animisme shintoïste.

Dans un Japon où l’on croyait que les dieux habitaient les arbres et les forêts, il n’est pas étonnant que ce pilier central en bois ai été vénéré dans la maison.

Hashira : le mot évoque encore aujourd’hui un sentiment de stabilité, et reste profondément enraciné dans l’esprit japonais.

Prix indicatif :

48 €